Le corps humain est une merveille de la nature, un orchestre harmonieux de milliards de cellules et de processus interconnectés. Parmi eux, le rôle de notre cerveau, de nos intestins et de notre cœur est fascinant et profondément lié. Bien plus qu’une simple machine, notre corps fonctionne grâce à des liaisons complexes, et les neurones jouent un rôle prépondérant dans cette symphonie. Je vous propose d’explorer notre  »triade neurale »!

Le nerf vague

Nerf vague

Un nerf essentiel du corps humain

Le nerf vague, aussi connu sous le nom de dixième nerf crânien, est l’un des nerfs les plus essentiels et polyvalents de notre corps. Sa complexité et sa portée en font un acteur clé dans de nombreuses fonctions physiologiques.

Anatomie du nerf vague

Le nerf vague est le plus long nerf du système nerveux parasympathique, (une branche du système nerveux autonome). Il émerge du tronc cérébral, plus précisément du bulbe rachidien, et s’étend jusqu’à l’abdomen, en passant par divers organes tels que le cœur et les poumons. Le terme « vague » vient du latin « vagari », qui signifie « errer », reflétant sa vaste distribution dans le corps.

Fonctionnement du nerf vague

Comme d’autres nerfs, le nerf vague transmet des informations sous forme d’impulsions électriques. Ces impulsions peuvent être afférentes, (allant du corps vers le cerveau), ou efférentes, (du cerveau vers le corps).

  • Via ses fibres afférentes, le nerf vague communique au cerveau des informations sur l’état des organes internes. Par exemple, il peut informer le cerveau si l’estomac est étiré après un repas.

  • Via ses fibres efférentes, il transmet les commandes du cerveau aux organes, comme ordonner à l’estomac de commencer le processus de digestion.

Le cerveau 

Le cerveau

Le grand chef d’orchestre

Considéré comme le centre de commande de notre organisme, le cerveau joue un rôle central dans la régulation de nombreuses fonctions corporelles. Il communique constamment avec chaque partie du corps via le système nerveux.

Le lien avec le cœur 

Le cerveau reçoit et envoie des signaux au cœur par le biais du nerf vague. Ces signaux peuvent influencer la fréquence cardiaque et la pression artérielle1.

Influencer favorablement la liaison entre le cerveau et le coeur

L’entretien de la liaison entre le cerveau et le cœur via le système neuronal est essentiel pour une santé optimale. Les interactions entre ces deux organes majeurs sont influencées par une variété de facteurs, y compris nos modes de vie, nos habitudes et nos émotions.

Quelques suggestions pour entretenir favorablement cette liaison :

  • Exercice physique régulier : L’activité physique a des effets bénéfiques sur la santé cardiaque, renforce la neuroplasticité et favorise la libération d’hormones comme les endorphines, qui sont bénéfiques pour le cerveau
  • Alimentation équilibrée : Une alimentation riche en oméga-3, antioxydants, et autres nutriments essentiels peut soutenir à la fois la santé cardiaque et cognitive
  • Gestion du stress : Le stress chronique peut avoir des effets néfastes sur le cœur et le cerveau. Des techniques de relaxation comme la méditation, le yoga et la respiration profonde peuvent aider à moduler l’activité du nerf vague et à promouvoir une relation apaisante entre le cerveau et le cœur
  • Sommeil suffisant : Le sommeil est essentiel pour la régénération du cerveau et la santé cardiaque. Un sommeil adéquat favorise la consolidation de la mémoire, la réparation cellulaire et la régulation de la pression artérielle
  • Relations sociales : Des relations saines et des interactions sociales régulières peuvent contribuer à la santé mentale et réduire le risque de maladies cardiaques
  • Éviter les toxines : La réduction de la consommation d’alcool, de tabac et d’autres substances nocives peut protéger à la fois le cerveau et le cœur
  • Stimulation mentale : Des activités comme la lecture, les jeux de réflexion ou l’apprentissage de nouvelles compétences peuvent renforcer la santé cognitive et, indirectement, la santé cardiaque en réduisant les facteurs de risque comme l’hypertension
  • Écouter de la musique : Certains types de musique peuvent stimuler le cerveau et ont également été associés à une meilleure fonction cardiaque, probablement en influençant la libération d’hormones et en réduisant le stress
  • Rire : Le rire est bénéfique pour le cerveau en augmentant la libération d’endorphines et peut également améliorer la fonction vasculaire
  • Pratiques de pleine conscience : La méditation et d’autres pratiques de pleine conscience peuvent aider à renforcer la connexion entre le cerveau et le cœur en réduisant le stress et en favorisant la relaxation

En fin de compte, entretenir la liaison entre le cerveau et le cœur nécessite une approche globale qui prend en compte le bien-être physique, émotionnel et mental.

Le lien avec les intestins

Le cerveau communique avec les intestins via le même nerf vague, formant ce que l’on appelle l’axe intestin-cerveau2. Les émotions et le stress peuvent influencer la fonction intestinale, et vice versa.

Influencer favorablement la liaison entre le cerveau et les intestins

La relation entre le cerveau et les intestins, souvent désignée comme l’axe intestin-cerveau, est d’une importance cruciale pour la santé globale. Elle implique une communication bidirectionnelle qui peut influencer notre bien-être mental, émotionnel et digestif. Entretenir cette liaison nécessite une attention à la fois à notre alimentation et à notre état d’esprit.

Quelques suggestions pour entretenir favorablement cette liaison :

  • Alimentation diversifiée et riche en fibres : Une alimentation variée et riche en fibres alimentaires favorise une flore intestinale saine, ce qui peut avoir des effets positifs sur la santé du cerveau
  • Probiotiques et prébiotiques : Les probiotiques, (bactéries bénéfiques), et les prébiotiques, (nourriture pour ces bactéries), peuvent aider à maintenir un équilibre sain de la flore intestinale, influençant positivement l’axe intestin-cerveau
  • Éviter les antibiotiques inutiles : Les antibiotiques peuvent perturber l’équilibre de la flore intestinale. Il est donc important de les utiliser uniquement lorsque c’est nécessaire
  • Gestion du stress : Le stress peut perturber la fonction intestinale. Pratiquer des techniques de relaxation, comme la méditation et la respiration profonde, peut aider à apaiser à la fois le cerveau et les intestins. L’EFT permet de libérer les causes du stress
  • Exercice physique : L’activité physique peut favoriser une flore intestinale saine et réduire le stress, deux éléments bénéfiques pour l’axe intestin-cerveau
  • Sommeil suffisant : Un bon sommeil est essentiel pour la santé du cerveau et peut également influencer la santé intestinale
  • Hydratation : Boire suffisamment d’eau est crucial pour la santé intestinale et la digestion
  • Éviter les irritants intestinaux : Réduisez la consommation d’aliments et de boissons qui peuvent irriter les intestins, tels que l’alcool, les aliments très épicés ou les aliments auxquels vous pourriez être intolérant
  • Sensibilisation émotionnelle : Être conscient de ses émotions et de la manière dont elles peuvent affecter la digestion est crucial. Par exemple, de nombreuses personnes ressentent des troubles intestinaux lorsqu’elles sont anxieuses ou stressées
  • Consultation professionnelle : Si vous avez des problèmes digestifs chroniques ou des symptômes liés à l’axe intestin-cerveau, consultez un professionnel de santé pour des conseils adaptés

L’entretien de la liaison entre le cerveau et les intestins est un processus continu qui requiert une approche holistique, intégrant à la fois le bien-être physique et émotionnel. En prenant soin de cet axe, nous pouvons potentiellement améliorer notre santé mentale, émotionnelle et digestive.

Les intestins

Les intestins

Le deuxième cerveau

L’idée que les intestins jouent un rôle central dans notre bien-être général n’est pas nouvelle. En effet, ils contiennent environ 100 millions de neurones, ce qui leur vaut le surnom de « deuxième cerveau »3.

La connexion avec le cerveau

Les intestins produisent une variété de neurotransmetteurs, dont la sérotonine, qui influence l’humeur et les émotions4. Ces molécules peuvent envoyer des signaux au cerveau, influençant notre bien-être mental.

La liaison avec le cœur

Les intestins produisent également certaines substances pouvant affecter la santé cardiaque, comme le TMAO, lié aux maladies cardiovasculaires5.

Influencer favorablement la liaison entre les intestins et le coeur

La relation entre les intestins et le cœur est de plus en plus reconnue comme un élément clé de la santé globale. Si la relation directe entre les intestins et le cœur ne passe pas exclusivement par un mécanisme neuronal, (comme c’est le cas avec l’axe intestin-cerveau), les neurones jouent néanmoins un rôle.

Quelques suggestions pour entretenir favorablement cette liaison :

  • Alimentation équilibrée : Les nutriments bénéfiques et la fibre alimentaire soutiennent une flore intestinale saine, ce qui peut influencer la santé cardiaque en régulant des molécules comme le TMAO, un marqueur lié aux maladies cardiaques
  • Consommer des probiotiques et des prébiotiques : Ils contribuent à équilibrer la flore intestinale, ce qui peut avoir des effets positifs sur la santé cardiaque en réduisant l’inflammation systémique
  • Réduire les graisses saturées et les sucres raffinés : Ces éléments peuvent altérer la flore intestinale et augmenter le risque de maladies cardiaques
  • Gestion du stress : Le stress a été lié à la fois à des perturbations intestinales et à une mauvaise santé cardiaque. Utilisez des techniques de relaxation pour gérer le stress et l’EFT pour libérer les causes des émotions perturbantes
  • Exercice physique régulier : Cela favorise une flore intestinale saine et une bonne santé cardiaque.
  • Boire de l’eau : L’hydratation soutient la santé intestinale et aide à maintenir un volume sanguin approprié, ce qui est bénéfique pour le cœur
  • Éviter l’abus d’alcool et de tabac : Ils peuvent nuire à la fois à la flore intestinale et à la santé cardiaque
  • Maintenir un poids sain : L’obésité est associée à des changements dans la flore intestinale et est un facteur de risque majeur pour les maladies cardiaques
  • Éviter l’usage excessif d’antibiotiques : Ils peuvent déséquilibrer la flore intestinale, ce qui peut avoir des implications pour la santé cardiaque
  • Consommation modérée de sel : Trop de sel peut affecter la tension artérielle. Une flore intestinale saine peut également influencer la façon dont notre corps gère le sel
  • Écouter votre corps : Si vous ressentez des troubles digestifs ou cardiaques, consultez un professionnel de santé. Des troubles intestinaux chroniques peuvent avoir un impact sur le cœur, et vice versa

En fin de compte, la santé intestinale et cardiaque sont étroitement liées à notre mode de vie global. Adopter une approche holistique en prêtant attention à notre alimentation, à notre niveau de stress et à notre activité physique est essentiel pour entretenir favorablement la liaison entre les intestins et le cœur.

Le cœur

Le coeur

Plus qu’une simple pompe

Le cœur, bien qu’il soit souvent vu comme une simple pompe, est en réalité un organe très sensible et réactif, doté de son propre réseau de neurones6.

La liaison avec le cerveau

Comme mentionné précédemment, le cerveau et le cœur sont connectés par le nerf vague. Les émotions fortes, comme le stress ou la joie, peuvent influencer directement la fonction cardiaque.

La connexion avec les intestins

La santé intestinale peut affecter la santé cardiaque, notamment par la production de certaines molécules. Une bonne santé intestinale peut ainsi contribuer à une meilleure santé cardiaque.

>>>>>Stress et Cohérence Cardiaque<<<<<

Conclusion 

Le cerveau, les intestins et le cœur ne sont pas des entités isolées. Ils sont profondément interconnectés, et les neurones jouent un rôle central dans cette communication. Prendre soin de l’un d’entre eux peut avoir des répercussions sur les autres, soulignant l’importance d’une approche holistique de la santé.

Références

  1. Thayer, J.F., et al. (2012). « The heart–brain connection: the neurocardiac regulation of threat ». Neuroscience & Biobehavioral Reviews

  2. Mayer, E.A. (2011). « Gut feelings: the emerging biology of gut–brain communication ». Nature Reviews Neuroscience

  3. Furness, J.B., et al. (2014). « The enteric nervous system and gastrointestinal innervation: integrated local and central control ». Advances in Experimental Medicine and Biology.

  4. Yano, J.M., et al. (2015). « Indigenous bacteria from the gut microbiota regulate host serotonin biosynthesis ». Cell

  5. Wang, Z., et al. (2011). « Gut flora metabolism of phosphatidylcholine promotes cardiovascular disease ». Nature

  6. Armour, J.A. (2008). « Potential clinical relevance of the ‘little brain’ on the mammalian heart ». Experimental Physiology.

Cet article vous a plu !

Vous souhaitez vous reconvertir dans le métier de naturopathe ?

Commencez le cursus naturopathie EquilibreSante dès à présent

Formation naturopathie en ligne certifiante

1 thought on “Liaison entre Cerveau, Intestins et Cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *